Post-vérité, purquoi il faut s'en réjouir

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Post-vérité, purquoi il faut s'en réjouir

Afi n d'expliquer la montée des forces populistes - Trump, le Brexit, le Front national, Orban... - les experts invoquent l'avènement de la « post-vérité ». Ce concept connaît une infl ation galopante, couronnée par le titre de « mot de l'année 2016 » décerné par le prestigieux Dictionnaire d'Oxford, lequel défi nit ainsi la post-vérité : « Des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d'infl uence pour modeler l'opinion publique que les appels à l'émotion et aux opinions personnelles ». Ceux qui utilisent cette notion considèrent que le monde est entré dans une nouvelle ère au cours des années 2000 : L'empire des fake news. Cette ère se caractérise selon eux par la multiplication des contre-vérités outrancières professées par les dirigeants politiques (séquence inaugurée par le fl acon de Colin Powell) et par l'indifférence des peuples à l'égard de la vérité. Extrêmisme, complotisme et populisme seraient les preuves irréfutables que la vérité est en train de s'éroder. Faut-il croire cette analyse ? Pas selon Manuel Cervera-Marzal. Ce livre retrace la généalogie de cette notion, aujourd'hui très prisée par les élites progressistes, et pourtant forgée par la droite américaine dans les années 1970 afi n de discréditer la nouvelle gauche. Il fournit une analyse des usages politiques, médiatiques et académiques de la « post-vérité », en montant que cette notion nous en apprend davantage sur les préjugés de ceux qui l'utilisent que sur les phénomènes qu'elle est censée décrire. Et il prend à contre-pied le discours dominant, en soutenant une thèse forte : il ne faut pas craindre l'avènement de la post-vérité mais au contraire s'en réjouir. Car la première vertu d'un citoyen est de savoir mentir, de déformer la réalité afi n de la transformer. On comprend ainsi que la post-vérité - et son frère jumeau : le populisme - ne constituent pas une menace pour la démocratie mais la possibilité de sa régénération.

  • EAN 9782356876171
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 144 Pages
  • Longueur 20 cm
  • Largeur 13 cm

Rayon(s) : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Philosophie politique

Manuel Cervera-Marzal

Manuel Cervera-Marzal (né en 1987) est diplômé de Sciences Po Paris et Docteur en science politique. Il enseigne actuellement à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.ÿIl est notamment l'auteur de Miguel Abensour, critique de la domination, pensée de l'émancipation (Sens et Tonka, 2013), Gandhi. Politique de la non-violence (Michalon, 2015) et Pour un suicide des intellectuels (Textuel, 2016). Il a publié une quinzaine de tribunes d'opinion dans la presse nationale (Le Monde, Libération, Rue 89, L'humanité, La croix).

Relié
empty